X

Scan the code below

Articles

banner
Un regard sur la lutte antiterroriste!
Publié(e) par Saad bin Abdul Qader Al-Quwaiy
Saad bin Abdul Qader Al-Quwaiy.  

Le terrorisme est un crime qui non seulement fait des victimes parmi les individus, mais touche également des sociétés entières puisqu’il véhicule une doctrine belliqueuse dangereuse. Cette doctrine vise à anéantir les systèmes sécuritaires et politiques pour semer le chaos et permettre aux ennemis de s’implanter. Nous n’exagérons pas en affirmant que le monde vit actuellement à une cadence mouvementée et que le terrorisme en est la cause première et le catalyseur principal.

Étant donné l’importance des changements en cours et des événements actuels, le fait de souligner la nécessité d’éradiquer le phénomène odieux du terrorisme est désormais un droit légitime de l’État.

Face aux données actuelles qui se dévoilent jour après jour, suite aux dégâts causés par le terrorisme qui constitue une violation des droits de l’Homme et provoque l’instabilité sur tous les plans; obéissant en cela à des agendas secrets visant à semer le chaos et l’extrémisme pour changer les équations politiques et géographiques dans la région, la Coalition Islamique Militaire pour Combattre le Terrorisme a pour objectif d’enrayer le terrorisme et d’empêcher sa résurgence. Elle s’emploiera à réprimer les partisans de la fitna (discourde) et de l’extrémisme et à faire obstacle à leurs agendas subversifs basés sur la propagation du chaos, l’exploitation des divergences religieuses et idéologiques pour affaiblir les États, garants des peuples, des territoires et du pouvoir politique,ainsi que sur la rupture du tissu social des populations.

L’engagement des États membres de la Coalition Islamique à jouer un rôle actif dans le renforcement des efforts déployés dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l’instauration de la paix et la stabilité dans la régionforme un bouclier face au terrorisme et à ceux qui l’alimentent par l’argent et les armes. L’engagement des États membres à jouer un rôle actif dans le renforcement des efforts déployés dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l’instauration de la paix et la stabilité dans la région et d’une politique de tolérance zéro dans la traque des individus et des groupes, le soutien apporté par ces pays pour atteindre ces objectifs aussi bien à l’échelle régionale qu’internationale, la poursuite de la lutte contre les activités terroristes et le financement du terrorisme, quelle qu’en soit la source, ainsi que la collaboration active et continue avec des partenaires du monde entier pour faire face aux activités des organisations terroristes et extrémistes qui ne tolèrent aucune forme de complaisance de la part de l’État, forment tous un bouclier face au terrorisme et à ceux qui l’alimentent par l’argent et les armes.

En tout état de cause, ces efforts louables confirment que le traitement des causes du terrorisme et du problème de ses partisans nécessite une coordination internationale et une coopération régionale dans le but de faire tarir les sources de son financement et de lutter contre toute forme d’extrémisme par des campagnes médiatiques dénigrant ce phénomène, étant donné que le pouvoir du droit prévaut sur celui du terrorisme.

Le traitement des causes du terrorisme, le tarissement de ses sources de financement et la lutte contre toute forme d’extrémisme nécessitent une coordination internationale et une coopération régionale. Dans cette perspective, les enseignements tirés du présent et les scénarios de l’avenir confirment que le phénomène du terrorisme - bien que ses manifestations soient unanimement considérées comme immorales - est soumis dans son ensemble à la divergence des motivations, des apparences et des objectifs.Cependant, lorsque le terrorisme se mue en une idéologie spécifique basée, chez certains, sur la question de l’identité, il a de fortes chances de perdurer pendant un certain temps, mais il ne peut, dans la plupart des cas, se transformer en une doctrine politique.

En revanche, considérer ce phénomène comme étant le pendant politique et moral des organisations terroristes constitue un amalgame conceptuel qui s’est avéré faux et impropre dans la plupart des aspects relatifs à la déontologie et à la politique, notamment dans les relations avec le système international et régional, car il ne repose pas sur des preuves avérées, mais souscrit à une approche stricte et étroite dans son interprétation oppressive, extrémiste et barbare de la charia islamique pour légitimer les effusions de sang, le massacre des innocents, sans égard ni pour les principes religieux ni pour les valeurs humaines,ainsi que l’instauration de lafitnaet la profanation du Sacré.

Le développement des stratégies de lutte antiterroriste est d’autant plus important qu’il a engendré une coopération régionale pour faire face à la propagande politique et religieuse du terrorisme parallèlement à la lutte contre le soutien étranger dont elle bénéficie. Cela confirme notre besoin réel de remanier le modèle de la lutte antiterroriste afin qu’il inclue la prévention, l’intervention et la réhabilitation, cette dernière étant le véritable baromètre en mesure de déterminer à quel point l’Homme contemporain est capable de surmonter cette problématique.

Professeur en Politique Islamique à la Faculté Nayef de la Sécurité Nationale )Université Arabe Nayef pour les Sciences de la Sécurité (NAUSS)
taille de caracters
-
+
Courriel*
x